• Marie Robert

Ceci est mieux que la pluie et le beau temps



Combien de fois avons-nous entendu cette petite voix dans notre tête ? Celle qui nous murmure que ce que nous avons à dire n’est sans doute pas intéressant. Celle qui nous fait redouter les prises de parole ou fuir les têtes à têtes, de peur que l’auditoire s’ennuie ou soupire de mépris. Pour faire face à ces craintes, on dissimule. On consomme le langage. On évite. On esquive. On réduit. On détourne. On se contente. On enchaîne les banalités. On reste en surface, pensant ainsi satisfaire la petite voix. On enchaîne les interactions, avec la sensation curieuse de ne jamais être vraiment là. Pourtant, parler de la météo est-il notre seule issue ? N’oublions pas que le terme « intéressant » vient du latin « inter » qui signifie à l’intérieur et de « esse » qui signifie l’être. Devenir « intéressant », ce n’est donc pas dominer un contenu, mais être capable d’aller à l’intérieur de nous-mêmes. Se mettre à nu. Oser croire que l’Autre saura nous accueillir, nous écouter, prendre soin de ce dévoilement. Un pari certes. Mais surtout un tremplin pour créer un nouveau lien et s’apercevoir que l’Autre aussi n’attend que cela. Accéder à une autre dimension du verbe. Ne plus répéter les mêmes clichés. Se présenter enfin tel qu’on est. Laisser s’enfuir la peur. Bref, qu’avons-nous à dire aujourd’hui ?

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.