• Marie Robert

Ceci est mieux qu’une baguette magique



Qu’est-ce qui sort de notre bouche ? Que se passe-t-il lorsque l’on parle ? Quel est le point commun entre la phrase « vous êtes désormais unis par les liens du mariage » et celle « ma fille s’appellera Selma » ? Dans les deux cas, il s’agit d’énoncés « performatifs », du verbe anglais to perform, qui signifie accomplir, c’est-à-dire qu’en les prononçant, on accomplit une action. Se marier, parier, jurer, donner un nom à un enfant...etc, sont autant de manières de « faire » quelque chose. Le philosophe John L. Austin développe sa théorie des performatifs lors de conférences tenues au milieu des années 1950 à l’université de Harvard, aux États-Unis. Jusqu’alors, les philosophes avaient tendance à considérer que toutes les propositions du langage servaient à décrire le monde, de façon vraie ou fausse, mais pas d’agir sur lui. Austin montre, au contraire, que parler à un impact sur la réalité. Par exemple, quand je dis : « Je t’emmènerai au cinéma demain », je te promets d’accomplir quelque chose, ce n’est pas simplement une déclaration en l’air ou un commentaire. Sa pensée nous permet de réfléchir à la manière dont nous utilisons nos mots, dont nous nous engageons à travers eux. Surtout, Austin nous montre, qu’à travers la parole, nous sommes responsables de notre réel. Qu’allons nous promettre ? Qu’allons nommer ? Que fait-on lorsqu’on insulte quelqu’un ? Est-ce que nous prononcerions les mêmes phrases si on était conscient que dire, c’est faire ? Belle journée !

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout