• Marie Robert

Ceci est mieux qu’un radiateur.



Romainville est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis. Avec ses plus de 50% de logements sociaux, elle ne dispose ni de gare, ni de station de métro, ni même d’un Lycée général. Pour décrire ses longues allées qui laissent parfois surgir le vestige d’un charme désuet, on parle de « territoire ». Mais tout cela ne raconte pas grand-chose de l’extraordinaire aventure qui s’y déroule chaque jour. Car voilà plus d’une décennie, que sous l’impulsion de la jeune Johanna Hawken, est née la Maison de la philo. Un lieu multiple, ouvert du mardi au samedi, où la discipline se décline sous des formes aussi hybrides que des ateliers, des cinés-philo, des conférences, des débats…etc et une pertinente sélection d’ouvrages. Enfants, parents, adultes, retraités, qu’importe le statut pourvu qu’il y ait de la pensée. Johanna et ses collègues guident et recadrent. Ici, on ne sacralise pas, on ne se fige pas, on pratique. Les mains dans le cambouis des concepts, l’oreille tendue vers l’autre, et l’exigence au cœur du raisonnement. Pas de démagogie, mais de l’engagement. Pragmatique et éclairé. Une forme active de militantisme, celui qui pousse à considérer l’autre comme un individu capable d’analyse et de dépassement. Ce souffle de complexité envahit aussi les écoles, puisqu’à Romainville, tout enfant de primaire inscrit aux activités périscolaires a droit à six semaines de philosophie par an. Johanna transforme la ville en réservoir de jeunes praticiens, tellement nourris aux échanges et à la problématisation, qu’ils en redemandent et viennent de leur plein gré suivre des ateliers supplémentaires le samedi. Il se dégage de cet espace une curieuse urgence, une nécessité de précision. J’ai rarement été aussi bouleversée par un lieu, réchauffée par la confrontation concrète à ce que nous avons de plus puissant : l’action et la transmission. Bref, le Seine Saint-Denis style, c’est de la philo baby. Et si t’as le pedigree ça se reconnait à la pensée.

Pour aller plus loin : interview de Johanna Hawken.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout