• Marie Robert

Ceci est le meilleur collègue qu’on puisse avoir



J’ai rencontré Marin il y a trois ans, lorsqu’il a franchi les portes de notre école Montessori à Marseille. Parler de sa précocité ne serait qu’un mince résumé de sa personnalité. Il nous a rejoint en cours d’année pour cause de « phobie scolaire ». Une expression consacrée servant à nommer, avec pudeur, le terrible harcèlement dont il avait été victime dans sa classe de CP. Marin s’exprime mieux que la plupart des adultes que je connais. Dans une parfaite syntaxe et un vocabulaire d’expert, il n’a cessé de me demander qu’elle était ma stratégie pour protéger les locaux en cas de tornade, d’ouragan ou encore d’attaque nucléaire. Passionné par les catastrophes, il voulait jusqu’alors devenir architecte afin de construire de « confortables » abris anti-atomiques. Une manière comme une autre d’apprivoiser ses démons, on produit les métaphores qu’on peut. Mais Marin est également spécialiste des sommets montagneux, il passe des heures à apprendre des cartes de géographie, me forçant moi-même à réviser ou plutôt à apprendre les moindres recoins des Pyrénées. Vendredi, au spectacle de fin d’année, il est venu me voir pour déclarer solennellement : « Tu sais Marie, je pense finalement construire des refuges pour alpinistes, je n’ai plus besoin d’abris anti-nucléaire ». Je crois qu’on progresse lui et moi.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.