• Marie Robert

Ceci est la mémoire qui devient chair



La vie de Lee Miller, née en 1907 aux États-Unis, est aussi vertigineuse que son siècle. D’une beauté incontestable, la jeune Américaine débute, encore adolescente, une carrière de mannequin pour Vogue. Icône des années 1920, son statut de top model ne la rend pas moins sensible au monde qui l’entoure. Muse et compagne de Man Ray, elle apprend la photo à ses côtés, mais sa jalousie l’oppresse et les amants finissent par se séparer. Se reconnaissant dans le mouvement surréaliste, elle décide de se consacrer entièrement à la pratique photographique. Sa curiosité la conduit partout. Elle navigue avec glamour dans tout le milieu culturel. L’histoire pourrait s’arrêter là, et n’être que le sillage d’une égérie. Mais en 1944, loin des privilèges, elle part en Normandie, appareil photo en bandoulière et devient correspondante de guerre pour Vogue. Elle découvre l’horreur du front. La boue, la peur, les obus, la crasse, la faim, le froid et la mort qui hantent les tranchées. Durant de longs mois, elle fait preuve d’une véritable force physique et mentale, mais rien ne peut la préparer à l’innommable des camps de concentration. Elle passe dix jours entre Buchenwald et Dachau et devient l’une des premières photographes à témoigner. Bouleversée, elle décide, le 30 avril 1945, d’aller à Munich accompagnée de David Scherman, photographe pour Life. Ils se rendent au 16 Prinzregentenplatz, le domicile d’Adolf Hitler. L’appartement est vide et les deux photographes plongent dans l’intimité paisible du dictateur. À minuit, la BBC annonce qu’Hitler vient tout juste de se suicider. Lee Miller et David Scherman improvisent alors une séance photo dans la salle de bains. Lee Miller pose nue, le regard vague, dans la baignoire du dictateur. Fortement symbolique, l’image devient une parabole provocante. Le portrait d’Hitler posé sur un coin de la baignoire semble contempler la scène. Les bottes sales, encore pleines de poussière de Dachau, salissent son tapis de bain éclatant. L’histoire consiste à inscrire les actions des hommes dans la chair du temps. Merci Lee de l’avoir compris.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.