• Marie Robert

Ceci est impensable



Il y a ce livre, « Chaos Calme » de Sandro Veronesi. Un homme heureux, une fin d'été. Les si fragiles les fins d'été. Une saison qui s'achève à la plage et puis le drame : la noyade. Un homme qui perd sa femme. Un père qui se retrouve seul avec sa fille. Le chaos. Celui du plus jamais, celui de la matière de l'être aimé qui disparaît. Plus jamais dans son cou. Plus jamais ses cheveux qui s’emmêlent sur l'oreiller. Plus jamais son regard fatigué. Et puis l'indicible et ses questions. Comment traduire le chaos ? Comment on fait ? On hurle ? On pleure ? On mange de la compote insipide dans son lit ? On boit ? On théâtralise ? On s'agite ? C'est situé où la perte ? Les autres qui le plaignent. Merci bien, la belle affaire. Et puis d'un coup cette idée : « Je ne peux pas continuer. Je vais continuer ». C'est la rentrée des classes. Sa fille ne fait pas de crise. Sa fille ne vit pas le deuil de sa mère. Alors Pietro attend parce qu'il a peur que ça arrive. Il attend littéralement. Il attend dans la voiture devant l'école. Il attend sans bouger. Un automne puis un hiver : « Je resterai immobile, j'attendrai, je me montrerai, mais je serai comme ces étoiles qui sont déjà mortes et qui pourtant continuent à briller parce qu'elles sont très éloignées ». Chaos calme. Et si c'était ça le véritable chaos ? Pas celui des péplum, ni celui des météorites qui dansent, mais celui qui terrasse ? Le chaos de la cuisse qui ne sait plus quoi frôler. Le chaos simple et calme. Le chaos immédiat et statique. Alors oui, c'est ça, l'histoire d'un homme qui décide de rester dans sa voiture sans bouger dans un temps redevenu calme. Parce que la douleur comme les mots n'ont pas besoin de l'extérieur pour se mouvoir, pour envahir, pour nous faire succomber d'intensité. Un livre sur l'absence radicale. Sur l'impossible absence de ceux qu'on aime. Savourons nos amours avant que nos chaos ne deviennent insupportablement calmes.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout