• Marie Robert

Ceci est fait pour durer.


Ceci est fait pour durer. C’est drôle, ce matin j’allais écrire sur tout autre chose. Et puis en arrivant sur cette interface qui est devenue mon journal quotidien, je me suis aperçue qu’il s’agissait de mon 3000e post. Trois milles pensées hagardes, intimes, philosophiques, absurdes ou pointues. Trois milles observations de ce qui est ou n’est pas, de ce qui me traverse et qui peut-être, traverse aussi les autres. Trois milles messages sans contrainte, sans ligne éditoriale, sans ambition. Régulièrement, on me demande jusqu’à quand je vais tenir, comme s’il s’agissait d’une performance sportive, d’un challenge à honorer. Évidemment, ce n’est rien de tout cela, mais cela me renvoie à une question, si centrale dans nos vies, si prégnante dans nos angoisses, celle de la durée. Combien de temps ça va « durer » ? L’amour ? La solitude ? La crise ? Le succès ? La douleur ? Le beau temps ? La vie ? La plus pernicieuse de nos obsessions, nous sommes suspendus à la peur de ce temps qui ne semble pas dépendre de nous. Mais peut-être faudrait-il donner une autre tournure à nos questions. Que souhaitons-nous voir durer et à l’inverse qu’est-ce qui ne peut plus continuer ainsi ? Soudain, la passivité laisse place à notre engagement. Car la durée n’est pas étrangère à nos actions, nous ne faisons pas que la subir. Ce qui ne peut plus durer mérite nos cris, nos refus, notre mobilisation. Alors que faire durer, signifie aussi soigner, entretenir, renforcer, chérir, prêter attention avec douceur, présence, délicatesse. La durée n’est pas une fatalité, ni un châtiment, elle nous met face à nos responsabilités. Je vous souhaite de développer durablement ce que vous aimez. Moi, j’aime bien trop ce que nous tissons ici, pour ne pas continuer et le faire durer. #Bonjour#Matin#Morning#3000 Crédit : @the.photohouse

67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout