• Marie Robert

Ceci est enjeu primordial.


Ceci est enjeu primordial. 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Aujourd’hui, je me suis réveillée en me demandant ce que j’aurais d’intelligent à dire sur le sujet. Le problème lorsqu’on tente à donner du corps à ce qu’on dit, c’est que souvent on patauge, on est maladroit. Et puis soudain, alors que je cherchais le chemin de mes mots, une anecdote m’est revenue. Il n’y a pas longtemps, dans notre jeune classe de Clichy, j’ai demandé aux enfants les différences qui existe, selon eux, entre les hommes et les femmes. Certains ont répondu les cheveux, ce qui a conduit à une réfutation immédiate : « Mais non pas du tout, ma tante, ma sœur et ma marraine ont les cheveux courts ». Est venu ensuite la question des bijoux : « N’importe quoi, les pirates aussi ont des bijoux ». Quelques minutes plus tard, les poils ont fait leur entrée dans le débat : « Ce n’est pas vrai, Papa, il aime bien s’épiler les jambes pour faire du vélo ». Je me tenais volontairement en retrait, évitant le plus possible d’intervenir afin de les laisser dialoguer entre eux. Et puis, au bout d’un moment, un petit garçon, resté silencieux, a pris la parole : « En fait, il n’y a pas de différence. Sauf que souvent les garçons ont un pénis et les filles un vagin. Et les filles peuvent porter des bébés et quand elles perdent les eaux avant l’accouchement, on dirait un gros pipi. Et sinon, elles ont du sang des règles mais il ne faut pas avoir peur, c’est normal, même si parfois ça fait mal. Et puis aussi, si on veut devenir une fille, on peut, et si on veut devenir un garçon, on peut aussi. Voilà c’est tout. ». J’ai été traversé par quelques frissons. Je ne suis pas en train de vendre l’enfant idéal dans une pseudo école formidable, ni de lancer une polémique quelconque sur l’étude du genre en milieu scolaire. Je raconte simplement un fragment de vie qui m’a touché, et qui ce matin, me fait dire, de toutes mes forces que les droits se conquièrent dans l’éducation, dans ce combat quotidien, qui malgré tous les malgré, impose de ne jamais rien lâcher, ailleurs comme ici. Je vous souhaite des têtes hautes et bien faites. #Bonjour

36Dominique Robert, Sophie Peres et 34 autres personnes

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout