• Marie Robert

Ceci est bien plus qu’une compagnie



Il y a quelque chose de singulier lorsqu’on se met à observer les animaux autrement que comme un divertissement ou un partenaire symptôme. Si on prend le temps de forger notre œil, d’aiguiser notre attention, d’examiner avec minutie le mouvement qui les meut, alors s’ouvre à nous un espace immense. Soudain, on s’aperçoit qu’il existe une autre manière d’habiter la terre. Car c’est au moment où l’on renonce à considérer les animaux comme inférieurs que l’on commence réellement à coexister avec d’autres êtres, que le vivant et son récit deviennent multiples, ouverts, denses. Ce n’est pas une question stérile de hiérarchisation entre des espèces « capables » et des espèces « moins capables », c’est un sens du collectif. Ils nous ressemblent autant que nous leur ressemblons. Mais ils nous confrontent aussi à l’expérience de l’altérité la plus radicale. Faisons en sorte que leur compagnie ne soit pas un passe-temps mais une aventure à travers l’ampleur du réel.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.