Ceci n’est pas une plaisanterie. 

 

Aujourd’hui sort l’épisode trois de mon podcast, et c’est toujours avec quelques frissons que je vous imagine l’écouter, comme si nos esprits discutaient tous ensemble, par la magie des liens invisibles, des solidarités mystérieuses, et surtout, des peines et des joies universellement partagées. En ce dimanche matin, j’ai choisi de proposer l’un des sujets qui me tient le plus à cœur : le rire. C’est la récompense des blagueurs, des plaisantins, des loustics, des farceurs, des joyeux-lurons, des gens d’esprit. C’est dans la barbe, c’est au nez de quelqu’un, c’est la gorge déployée, ça va jusqu’aux larmes, c’est parfois jaune ou intérieur. Le rire est aussi reconnaissable que mystérieux. Mais qu’est-ce qui se joue dans cette part d’absurde dont nous avons tant besoin ? Quelles errances cache-t-on derrière cet irremplaçable besoin de relâchement ? Qu’est-ce que cet éclat peut bien dire de nous ? Pour le comprendre, je vous propose de nous pencher sur les différentes théories qui le composent. Car voilà, il n’y a pas un rire, mais des rires, complexes, comme tout ce qui touche à l’humain. Et puisque « l’humour est une chose trop sérieuse pour être confiée à des rigolos » j’ai donc convoqué à mes côtés quelques philosophes de taille. Bref, j’espère que ces quelques minutes vous inspireront deux ou trois blagues. Une jolie façon, de bousculer la réalité pour mieux l’interroger. Si vous souhaitez écouter ce numéro, rendez-vous sur une plateforme comme Apple Podcast ou Spotify et tapez : « Philosophy Is Sexy ». Le lien est également dans ma bio. Merci pour votre soutien qui me touche si profondément, me fait rougir, me surprend et me donne envie de devenir chaque jour un peu meilleure.